Projections

Sciences Nazies, la race, le sol et le sang

Projections | Paris

Sciences Nazies, la race, le sol et le sang
  • lundi 20 mai 2019
Horaires : 20h

Lieu : Auditorium Edmond J. Safra

Participants : 140 maximum

Gratuit

La date de l'événement est passée

France, documentaire 98’, 2019, Upside, VoFr. Réalisé par David Korn-Brzoza. Ecrit par David Korn-Brzoza et Johann Chapoutot.

En avant-première

Sciences Nazies, la rage, le sol et le sang décrit la fresque inédite d’une démarche scientifique meurtrière : celle de l’Ahnenerbe. Ce département du régime nazi entièrement dédié à la recherche a mené une politique implacable pour tenter de légitimer l’entreprise d’épuration raciale, de germanisation des territoires et de domination idéologique du régime nazi.

On ignore encore largement l’étendue de l’entreprise scientifique sur laquelle les nazis s’appuyèrent pour justifier et assoir leur projet politique. Au sein de diverses organisations rassemblant chercheurs et universitaires de renoms, l’Allemagne nazie a vu naître en 1933, une véritable « science de combat ». L’Ahnenerbe, organisation fondée en 1935 et placée sous le contrôle de Heinrich Himmler, fut le pilier de cette entreprise scientifique nazie. L’ambition centrale de cette organisation SS, dotée des pleins pouvoirs et de tous les moyens disponibles, est de donner du contenu et une définition à la « race germanique ». Pour cela, ces scientifiques fervents du IIIème Reich vont chercher dans toutes les disciplines des preuves scientifiques, permettant d’étayer l’idéologie d’une race supérieure, et donc le système nazi.

Pour dominer le présent et maîtriser l’avenir, il fallait ainsi aux nazis réécrire le passé. Par une lecture biaisée de l’archéologie, l’Ahnenerbe va nourrir le régime de racines : le récit d’une race supérieure, qui aurait inventé la civilisation et même créé la culture.

La biologie sera également convoquée, aidant les politiques à justifier l’excellence de la « race germanique » ainsi que sa prédominance hiérarchique. Les non-aryens se retrouvaient, en conséquence de ces recherches, déshumanisés : leur classe inférieure, que ces chercheurs garantissaient, autorisait ensuite tous les abus. Toute la communauté scientifique allemande a contribué à répandre ces mensonges au sein du peuple allemand, à manipuler la science pour justifier les pires atrocités.

En s’appuyant sur des documents et des images inédits, Sciences Nazies, la rage, le sol et le sang ouvre un nouveau chapitre à la découverte du fonctionnement du IIIème Reich : la nécessaire complicité, le soutien même, des meilleurs scientifiques.  

En présence du réalisateur David Korn-Brzoza et de Johann Chapoutot (sous réserve).

Photo : © Bundesarchiv – Bildarchiv